Le sommeil nous accompagne depuis notre naissance, et chacun entretient avec lui une relation intime et unique.

« J’ai toujours très peu dormi, ça ne me dérange pas ! »
« J’ai toujours mal dormi, c’est de famille, on est de grands stressés c’est comme ça ! »
« J’aimerai bien dormir plus mais je n’ai pas le temps, il y a tellement de choses à faire dans une journée, je me couche trop tard je le sais bien… »
« Je suis une vraie marmotte, j’adore dormir, je me couche tous les soirs à 21h »

Quelques chiffres et définitions

Le temps de sommeil moyen : de 15 à 17h chez le nouveau-né pour une période de 24H, il passe à environ 7h par nuit chez les adultes en activité.

La structure du sommeil

Un reveil

Il s’agit d’une succession de plusieurs cycles « sommeil lent – sommeil paradoxal ».

Le sommeil paradoxal est agité (ondes « rapides », de faible amplitude, qui ressemblent à celles de l’état d’éveil). Le cerveau fonctionne à plein régime à ce moment-là ! Certains parlent, bougent, ont de nombreux mouvements oculaires. On rêve beaucoup à ce moment-là. Cette phase est fondamentale pour évacuer les frustrations, faire le tri dans ses émotions, mémoriser, récupérer psychiquement.

Le sommeil lent (ondes de l’électroencéphalogramme de grande amplitude) est léger au départ, profond sur la fin. Il permet de récupérer physiquement.

Le rythme du sommeil

Un attrape reve

Chez les nouveaux nés, les jeunes parents le savent bien, le temps de sommeil est élevé mais entrecoupé. La question rituelle « le petit dernier fait-il ses nuits ? » cristallise bien des épuisements parentaux ! Chez ces tous petits le sommeil paradoxal est très présent, les cycles sont très courts. La distinction jour-nuit va se mettre en place petit à petit grâce à l’action des parents. Déjà, l’hygiène de vie est importante !

Chez l’enfant des étapes ne succèdent, avec vers 8-9 mois les terreurs nocturnes, à ne pas négliger. Rassurer l’enfant de manière efficace permettra d’installer un sommeil de qualité. L’aide d’un pédiatre peut s’avérer nécessaire.

Arrive l’adolescence, période particulière en raison de ses bouleversements hormonaux. Le coucher est plus tardif en raison de modifications biologiques (pic de mélatonine décalé) et le temps de sommeil est souvent raccourci en raison des contraintes liées au rythme scolaire. Les grasses matinées du week-end sont nécessaires à la récupération. Et n’oublions pas que les hormones de croissances sont libérées avant minuit, d’où l’importance de ne pas se coucher trop tard.

A cette période les risques liés au manque de sommeil sont nombreux, il faut être vigilant.

A l’âge adulte les contraintes professionnelles et familiales peuvent impacter la qualité du sommeil.

Enfin chez les personnes âgées, le rythme se perturbe, à l’instar des autres fonctions de l’organisme. C’est naturel, pour autant il existe des solutions pour maintenir une qualité suffisante.

Pourquoi dort-on ?
Quels sont les impacts liés
à un sommeil de mauvaise qualité ?

Le sommeil est indispensable au bon fonctionnement du corps comme de l’esprit.
Notre équilibre physique, psychique et émotionnel en dépend. Le système nerveux a besoin de repos pour maintenir sa capacité adaptative.

En cas de perturbation, voici une liste non exhaustive des risques

  • prise de poids
  • manque de concentration, troubles de la mémorisation
  • risque de somnolence au volant
  • régulation de l’humeur et du stress : anxiété, dépression
  • perturbation de la croissance chez l’enfant
  • troubles cardio-vasculaires
  • mauvaise élimination des toxines

Le point de vue de la naturopathie

Une personne allongée et endormie dans l'herbe

En naturopathie la réponse n’est jamais unique, elle dépend de VOUS : de qui vous êtes, de votre constitution et de votre tempérament, et de votre mode de vie.

En dehors de toute situation pathologique qui doit être diagnostiquée par un médecin (apnée du sommeil, insomnie sévère, syndrome des jambes sans repos, narcolepsie…), le bilan de vitalité réalisé par votre naturopathe permettra de déterminer où vous en êtes.

La situation est-elle optimale ou mérite-t-elle d’être revue ? En général vous en avez conscience sans forcément en faire une priorité. Une situation déséquilibrée peut parfois être vécue comme une fatalité, et ne pas être prise au sérieux.

En cas de déséquilibre, comment vous aider à dormir mieux ? Déjà n’ayons pas peur de dire qu’il n’y a pas de norme. Et MIEUX ne veut pas forcément dire PLUS ou MOINS.
Chaque personne est différente et pourra se sentir en pleine forme avec 6h de sommeil, quand une autre aura besoin de 8 bonnes heures. La nature est variable, et c’est très bien comme ça.

Ce qu’il faut, c’est un sommeil de qualité

  • régulier dans ses heures de début et de fin
  • qui se trouve facilement
  • sans réveils nocturnes
  • d’un temps suffisant, propre à chacun

Comment juger qu’un sommeil est de qualité ?

Au lever vous devez vous sentir reposé, prêt à démarrer une journée et à faire face à son lot d’obligations et d’activités.

Se « traîner » toute la journée en baillant aux corneilles, s’endormir devant son ordinateur, ce n’est pas normal et ce n’est pas une fatalité !

Vous vous réveillez fatigué, en vous disant « vivement ce soir que je puisse me coucher » … ? Il est tant de s’intéresser à la question et de corriger certains paramètres !

Alors, en pratique,
que peut apporter la naturopathie ?

Avant tout il faut s’intéresser à la cause de vos troubles du sommeil.

Une ampoule

Les troubles sont-ils récents ? Fréquents ? S’agit-il de difficultés d’endormissement, de réveils nocturnes ? Si oui à quelle heure surviennent-ils ? Quel est le contexte d’apparition, et dans quel état d’esprit êtes-vous : stressé, anxieux, en colère, triste… ?

La liste est non exhaustive et dépendra de votre vécu. Parfois il peut être intéressant d’aller voir son médecin traitant pour contrôler le fonctionnement de sa thyroïde.

En fonction de vos réponses, l’aide apportée sera complètement différente.

Un rééquilibrage alimentaire est parfois salutaire et apporte des changements spectaculaires. La collation de 16h-17h et le dîner influent grandement sur la qualité de votre sommeil. Le tryptophane est un acide aminé précieux et il faut veiller à en consommer suffisamment et au bon moment, par exemple en consommant une poignée d’amandes au goûter.

Les huiles essentielles sont utiles dans de nombreux cas. Lavande fine, camomille noble… ? Cela dépendra de ce que vous m’aurez confié.
Et en journée, des huiles de conifères pourraient bien faire la différence.
Attention toutefois, l’emploi des huiles essentielles est à personnaliser. Seul un naturopathe doté d’une formation solide ou un aromathérapeute saura vous conseiller sur le choix et les dosages de ces merveilles de la nature.

Les macérats glycérinés de bourgeons comme celui de figuier peuvent créer un climat propice au sommeil. Encore une fois cela dépendra de votre cas.

Bien garder à l’esprit le rythme circadien : s’il est perturbé il faudra en faire en priorité. Et pour ça il faut veiller à être suffisamment actif en journée. Une journée où l’on se dépense fait le lit d’un bon sommeil. Mais pas n’importe comment ni n’importe quand !

Les plantes permettent de travailler sur différents aspects et leur choix est totalement personnalisé. Tilleul, mélisse, valériane, pavot de Californie, rhodiola… ? Les tisanes et les ampoules sont mes formes favorites, elles agissent toujours en douceur. Les plantes se manient également avec prudence, comme pour les huiles essentielles leur choix est à personnaliser.

La respiration et la prise de conscience de ses émotions est parfois centrale. Là aussi il faudra trouver ce qui vous convient : techniques de respiration, méditation, ou accompagnement par un sophrologue sont autant de pistes à envisager.

La réflexologie plantaire offre des techniques très utiles, une fois découvert le point du sommeil vous ne pourrez plus vous en passer !

Bien d’autres pistes sont envisageables, votre naturopathe est pleine de ressource et s’adapte toujours à la personne et à la période de vie dans laquelle vous vous trouvez.

Je me ferai un plaisir d’en parler avec vous et de choisir ce qui vous convient le mieux.

En attendant portez-vous bien, dans la joie et la vitalité !